• Home
  • IFAD website
  • Subscribe to posts
  • Subscribe to comments

IFAD Evaluation Committee begins official visit to Brazil

Posted by Greg Benchwick Friday, May 27, 2011 0 comments


Multinational committee to meet with high-level Brazilian authorities to discuss long-term strategies for rural poverty reduction

IFAD's Evaluation Committee will participate in a series of high-level meetings and field visits in Brazil this week.

The visit will provide committee members representing Burkina Faso, Canada, Holland, India, Indonesia, Mexico and Nigeria – IFAD’s board member from Sweden will also take part in the visit - with the opportunity to meet with Brazilian officials and evaluate the impact IFAD’s funding has had in Brazil’s semi-arid northeast.

The visit starts with meetings 30 May with Brazil’s Secretary of Foreign Affairs from the Ministry of Planning, Budget and Management Carlos Vidotto, and Minister of Agrarian Development Alfonso Florence.

On the afternoon of 30 May, IFAD Evaluation Committee members will take part in a workshop on public policies for family farming in Brazil. Secretary of Family Farming Laudemir Muller, National Corporation for Food Supply Agricultural Policy Director Silvio Porto, Advisor to the President from the Brazilian Agricultural Research Corporation (EMBRAPA) Francisco Reifschneider, and Álvaro Ramos from the MERCOSUR Regional Specialized Meeting on Family Farming (REAF) will participate in the policy dialogue.

On the evening of 30 May, committee members continue on to a programme launch event for the new IFAD-initiated US$4 million Knowledge Management in the Northeastern Semi-Arid Region of Brazil Programme.

Lessons learned from the Dom Hélder Câmara Project
Committee members and other high-level representatives from IFAD’s Latin America and the Caribbean Division travel to Ceará 31 May to meet with state officials and visit with family farmers benefiting from the IFAD co-financed Sustainable Rural Development Project for Agrarian Reform Settlements in the Semi-Arid North-East of Brazil, better known as the Dom Hélder Câmara Project.

“The Dom Hélder Câmara Project closed last year after improving the lives and livelihoods of thousands of poor rural people in the states of Ceará, Paraiaba, Pernambuco, Piauí, Rio Grande do Norte and Sergipe,” said IFAD Country Program Manager for Brazil Iván Cossio.

Made possible with a US$25 million loan from IFAD, the ten-year US$93.5 million programme provided more than 15,000 households with technical training that has allowed them to improve crop yields and incomes. Over 4,500 people learned to read, 500 rural libraries were created, and two-year scholarships were extended for over 250 young people to study advanced farming techniques at a regional agro-technical college.

Brazil’s Northeast region has the single largest concentration of rural poverty in Latin America. In the region, 58 per cent of the total population and 67 per cent of the rural population are considered poor, according to statistics from the Economic Commission for Latin America and the Caribbean (ECLAC). The region also experiences erratic rainfalls, which have made it difficult for area farmers to ensure their livelihoods through agriculture.

“While the face of rural poverty in a middle-income country like Brazil is different than the one you will see in Africa or other low-income countries like Haiti, projects such as Dom Hélder Câmara, are key in our fight to stem urban migration, improve opportunities for poor rural people, and ensure food security and long-term global food-price stabilization,” Cossio said.

The Dom Hélder Câmara Project project also benefited from a US$5.9 million grant from the Global Environmental Facility (GEF) to ensure sustainable land management. The GEF component of the Dom Helder Camara project will close in 2013.

IFAD funding for Brazil
Brazil’s Northeast will continue to benefit from the IFAD-supported Rural Communities Development Project (known locally as Gente de Valor). This large-scale poverty reduction project has been operational since December 2006, with a total cost of US$60 million – $30 million of which is coming from IFAD. It is now operating in 34 municipalities in the region, and hopes to better the lives of over 10,000 households.

The IFAD Executive Board has also approved two new sustainable rural development projects for Brazil.

“We expect that the new projects prepared jointly between IFAD and the governments of the states of Piauí and Paraíba will be launched early next year. This will mean an additional US$88 million in funding for rural poverty reduction in Brazil, with some US$45 million coming from IFAD,” said Cossío. “We also have a project under design for Sergipe, and the new knowledge-management programme in the Northeast will ensure the learnings from successful projects like Dom Hélder Câmara and Gente de Valor can be shared across Brazil and with the rest of the world.”

Learn More
Dom Hélder Câmara Project
English | Portuguese

US$4 million knowledge-sharing programme provides new hope for rural poverty reduction in northeast Brazil
English | Portuguese

IFAD Social Reporting Blog posts on Brazil

by Steven Navon Schonberger 

On Tuesday I had the opportunity to join a "webinar" discussion on food security hosted by the Barilla Centre for Food and Nutrition. For those as technologically out of date as myself, a webinar is a virtual seminar in which the speakers are streamed by internet to a broader audience which can send in comments and questions in real time to the moderator. For a regional economist used to the familiar meeting rooms and conference halls in developing and developed countries, debating issues in front of TV cameras was quite a challenge. First of all, the webinar was held in a TV studio in Milan, which is an instant recipe for stage fright. Trying to concentrate on your response while the moderator subtly gestures to look at the camera with the red light on is harder than it sounds. Secondly, the moderator and other panellists were top notch, creating painful flashbacks of university seminars so many years ago. The host of the Webinar was Alex Thompson, a TV anchor and war correspondent (he was just back from Basra) from Channel 4 news in the U.K., and the co-panellists were David Dawe of FAO - a true expert on price formation and policy; and Professor Andrea Boltho of Oxford University - a well known macro-economist. Finally, unbeknownst to David and I, Alex and Professor Boltho had decided to "spice up" this edition of the Webinar by throwing in some leading questions and seeding disagreement - what fun!

Bottom line: I will not be looking to take over Oprah's talk show job.

But seriously, the webinar was a chance to emphasize IFAD's message that supporting smallholder farmers is critical to addressing food security and nutrition challenges in the world. It was good to see that most of the audience felt that the biggest issue is grappling with the impact of an ever growing population on a resource constrained planet and that issues of food security are highly compelling symptoms of this broader challenge. There also seems to have been interest in Professor Boltho's proposal to tax junk food. Overall, it seems that things did not come out as badly as I thought (I have not had the guts to watch it yet) - my name is still on the office door at IFAD. If you'd like to watch the webinar or learn more about the Barilla Centre, make sure you check out their website.

On May 24-25, we attended the 17th Annual Meeting of the Great Mekong Sub-region (GMS) Working Group on Environment (WGE) in Siem Reap, Cambodia, during which the Core Environment Program 2012-2016 for the Sub-region was discussed. While IFAD has been participating to the Working Group on Agriculture for several years, this was the first time that our organization has been invited to attend the Environment Working Group.
This was notable for at least two reasons. First, the recognition by the WGE of the strategic importance of the agricultural sector in achieving the objectives of the Core Environment Program, and - consequently - of the need to involve partners that do not ‘strictly’ belong to the ‘environmental constituency’ in the Group. Second, the implicit recognition of the increasing role that IFAD is playing in promoting sustainable agriculture and climate-resilient investments.
At the end of the two-day meeting, the following are the key points that define the scope for and the added value of IFAD’s possible involvement in the partnership:
(1)  IFAD ongoing portfolio in the sub-region includes a significant number of operations that already support, directly or indirectly, the strategic objectives of the Core Environment Program (e.g. the Sustainable Natural Resource Management and Productivity Enhancement project in Laos, or the Pro-Poor Partnership for Agroforestry Development in Vietnam), thus providing a potential for co-financing or parallel financing;
(2)  When IFAD existing or planned portfolio in the sub-region does not directly support the objectives of the Core Environment Program, it often provides a baseline upon which additional financing/co-financing can easily generate environmental benefits;
(3)  In a context in which most of the existing resources focus on supporting ‘soft’ activities, IFAD’s added value stands in the fact that its resources could be used to finance ‘hardware’ and on-the-ground activities.

Seeding ideas: EU Food Facility Steering Committee Meeting

Posted by Adriane Del Torto Thursday, May 26, 2011 0 comments




On the morning of 26 May, the discussions of the First Steering Committee Meeting for the EU Food Facility Regional Programme for West Africa implemented by IFAD were opened by Mr Mohamed Béavogui Director of the West and Central Africa Division of the Programme Management Department of IFAD and Ms Katariina Bastos, Programme Manager for the Food Facility at the European Commission in Brussels.
The EU Food Facility (EU/FF) is a programme launched by the EU for 1 billion euro in response to the rise in food prices in 2008. IFAD, one of the implementing agencies of the EU/FF received a contribution of Euro 20 million which it is implementing through its ongoing projects in Senegal, Mali, Benin, Côte d’Ivoire and Ghana. A part of the Grant has also been attributed to ICRISAT and ECOWAS.
The topics of discussion by the participants (about 40 in total) from IFAD, Senegal, Mali, Ghana, Benin, ICRISAT, the EU and ROPPA were among others the access to improved seeds, sensitization of actors to the use of improved seeds, inclusion of women and youth in activities and monitoring and evaluation..
During the course of the day, the debates have been dynamic and the participants are quite enthusiastic about sharing their knowledge. In fact, this Steering Committee Meetings is taking place at a critical moment in the implementation of the EU/FF as the rains have began recently and plating activities are in due course. The discussions, which sprung from each delegation’s presentation on their experiences of the EU/FF will allow the participants to identify solutions to common problems and possibly create new synergies in view of improving the implementation strategy for each of the of the EU/FF components in West Africa which is coming to an end this year.

Yesterday, May 25, I had the good luck and privilege to be invited to Bioversity International to attend the launch of Professor M. S. Swaminathan’s new book, “In Search of Biohappiness, Biodiversity and Food, Health and Livelihood Security.” Professor Swaminathan has been an inspiration to myself and my colleagues here at IFAD as, together with a range of partners, we developed IFAD’s first Environment and Natural Resource Management Policy. The timing could not have been better: we are launching the policy on June 1, so I took the opportunity to interview the Professor about his views on smallholders, biohappiness and scaling up sustainable agriculture while I was there.

Having been a sports reporter earlier in my career, I rushed in wanting to take as little of his time as possible, ready to “roll tape” immediately, and get out before my time was up (sports figures usually have little time for journalists). But he settled me down immediately and calmly invited me to introduce myself and talk about the topic before starting the interview (view the interview below). Unsurprisingly, he is a true gentleman and a softspoken but deeply persuasive speaker.

He could not be a stronger or more credible advocate: he calls sustainable agriculture, “the only pathway for job-led economic growth.”



In our ENRM Policy, the phrase “evergreen revolution” appears six times – including in our Results and Implementation Matrix (see the annex)! For us at IFAD, scaling up sustainable agriculture as part of an evergreen revolution with smallholders is achievable. Join us (along with our president, Kanayo Nwanze and UNEP’s Executive Director, Achim Steiner) and contribute your experience and concrete suggestions to help focus our the discussion on how to get things moving.

With Professor Swaminathan continuing his research and advocacy – and now even President Obama calling for an evergreen revolution – I think the time is ripe. Do you?







Ce matin jeudi 26 mai 20011 s’est ouvert, à Rome, dans l’enthousiasme, la première réunion du comité de pilotage de la Facilité Alimentaire de l’Union Européenne-FIDA-CEDEAO pour l’Afrique de l’Ouest. Ce programme, lancé par l’UE en 2008, pour faire face à l’envolée des prix des denrées et pour renforcer la sécurité alimentaire, a démarré effectivement en 2010. Le FIDA est chargé de mettre œuvre les activités de ce programme dans le cadre de ses projets en cours au Bénin, en Côte d’Ivoire, au Ghana, au Mali et au Sénégal. Une partie des fonds a aussi été alouée à l'ICRISAT et à la CEDEAO.
La quarantaine de participants ont été accueillis par M. Mohamed Béavogui, Directeur de la Division de l’Afrique de l’Ouest et du Centre du département de la Gestion des Programmes du FIDA et Mme Katariina Batsos, Déléguée de l’UE à Bruxelles, Chargée de Programme pour la Facilité Alimentaire.
Les sujets abordés lors du comité de pilotage, notamment l’accès aux semences améliorées, la sensibilisation des acteurs, l’inclusion des femmes et des jeunes dans les activités du programme, le suivi évaluation, seront discutés sous l’angle des innovations et des gains rapides, et des difficultés à surmonter.
Le comité de pilotage se fait en un moment clé. En effet, le programme est actuellement dans sa vitesse de croisière et phase cruciale de la mise en œuvre puisque la saison des pluies et le moment de semer les champs vient de commencer.
Les participants des pays bénéficiaires de la Facilité Alimentaire ainsi que des représentants de l’UE, du FIDA, de ICRISAT et du ROPPA sont très heureux de pouvoir saisir cette opportunité de partage de leurs expériences. Chacun a présenté les avancées et les défis rencontrés au cours de ces derniers mois et a pu échanger ses expériences et identifier des synergies sur la base d’activités exécutées dans la sous-région pour améliorer sa stratégie de mise en œuvre du programme, qui viendra à sa fin cette année.

by Willem Bettink

On Tuesday morning some 20 colleagues from FAO, WFP and IFAD gathered in the Qatar centre at IFAD for an informal conversation with Etienne who (upon Roxi‘s request) had volunteered his spare time in Rome before traveling on to Portugal.

Etienne is a practitioner, writer on CoP, Networks, a researcher of learning and much more! I encourage you to visit his website and read for example an article about Communities of Practice (http://www.ewenger.com/theory/) and many other interesting articles and publications.

Etienne started the conversation by telling us that the term CoP was created while he was studying apprenticeship as a learning model. He said, usually we think of apprenticeship as a relationship between a novice and a master. His studies of apprenticeship revealed a more complex set of social relationships through which learning takes place. It was not the master but fellow travellers and more advanced apprentices that were providing learning. This sounds very similar to what PROCASUR has been elaborating in its learning routes methodology.

We asked him what makes a CoP? Etienne referred to the three core characteristics that are crucial: which domain or what is this CoP about- its identity or shared interest of the members ; which community –given the domain or shared practices who are the partners to be engaged given their relevance to the domain; and which practices- members of a CoP have to agree on a focus –their shared practices-stories ,tools ,ways of solving problems. These practices should create “value” for people through conversation and other activities.

Most CoPs come to life by having a “core group” of practitioners who are willing to invest some of their energy to the CoP (Let’s not forget that supporting a CoP is no one’s first job!!). A CoP requires commitment or accountability to develop the practices of a domain to make it succeed. The core group can provide a learning leadership –-not to direct the CoP or projecting its ideas on how it should be, but being as leaders open to the community to improve one’s own practices. A key ingredient and motivator is the willingness and interest to learn together, from each other, to improve capabilities and practices in the domain.

Quite a few of us asked how we should/could keep a CoP active. As in a human being the “rhythm” or energy level of each CoP varies-thus there is no prescription or model to follow. Some CoP may meet only a once a year in an f2f -meeting which satisfies their interests and needs. Others interchange very intense interactions over shorter periods with more regular and less intense forms of engagement. To keep energy in a CoP it is important that the core group is clear about what energizes the community. Every now and then one may create a PULL to this energy - in other word attract people in what engages them in conversation about their practice. An example of such a pull activity is for example a case clinic- a member of the CoP present a concrete problem on which I got stuck and for which I seek advice from the CoP.

For me a very valuable observation was when Etienne said “the point of knowledge management is to develop our strategic capabilities that we need to succeed in our work”. As such a CoP -a learning partnership with relevant partners- is to focus on strategic capabilities critical for our work.

And I ask myself how far our CoPs are helping us to develop the strategic capabilities to succeed in our mission?

Photo credit: Arif Ali/AFP
The current macroeconomic situation in Pakistan, where, according to recent estimates, the total debt would constitute about 60% of the GDP, raised concerns on the likelihood of Pakistan to repay its loans, and, consequently, on whether IFAD should continue lending to this country. This was one of the issues raised by one of the Executive Board members during the recent IFAD Executive Board meeting.
Contrarily to this position, we are of the opinion that investing in poverty reduction could contribute to macroeconomic stabilization, and that investing in activities that target the poor -- such as those supported by IFAD -- would contribute to reduce the vulnerability of the most vulnerable segments of society to the effects of macroeconomic instability.
We believe that the challenges that Pakistan is facing at the moment are actually an argument to continue the support to this country, not to withdraw it.
And you, what is your opinion?

1. Une délégation composée d’agents de la CAPFIDA et des projets du portefeuille est en voyage dans l’ile de La Réunion, dans le cadre de la préparation du démarrage du nouveau projet FORMAPROD. A travers les échanges qu’elle a eu avec le SRFD (Service Régional de la Formation et Développement) de la DAAF (Direction de l’Agriculture de l’Alimentation et de la Forêt), la FRCA (Fédération Régionale des Coopératives Agricoles) et la Chambre Régionale de l’Agriculture, d’une part, et les visites au niveau de différents centres publics et privés de formation agricole, d’autre part, les constats généraux suivants se sont dégagés :

En ce qui concerne l’agriculture réunionnaise

- L’ile possède seulement 44.000ha de terre agricole à moitié occupée par la culture industrielle de canne à sucre[1] sur 252.000ha de superficie totale de l’Ile, avec une taille moyenne de 6ha/exploitation, et compte 8.100 exploitants agricoles recensés sur une population active de 240.000 (inférieur à la moyenne nationale de 5%) et une population totale de 800.000.

- L’agriculture y est professionnelle avec un statut formel des exploitants agricoles. L’autorisation d’exploiter nécessite en effet une autorisation avec comme préalable une justification de capacité professionnelle, traduite notamment par un diplôme professionnelle agricole. Une subvention de l’Etat peut être accordée aux exploitants notamment à l’installation.

- Le modèle de coopérative est ancré dans l’organisation de la production, avec un seuil minimum de viabilité de l’exploitation mais également un quota pour les filières assurant l’autosuffisance.

- Le niveau de production, limité notamment par les superficies agricoles, n’offre pas à l’Ile l’autosuffisance, et laisse une part importante du marché à l’importation. Sur un besoin total de 40.000 tonnes de fruits et légumes, la moitié seulement est produite localement.

- Une charte multisectorielle, facilitée par la loi de décentralisation, permet de préserver les surfaces agricoles face au développement urbain demandeur de surface également.

En ce qui concerne la formation agricole

- Formation professionnelle agricole à la Réunion initiée, au départ, par le privé et les établissements confessionnels, et l’Etat y a pris progressivement part.

- Volonté politique affirmée et prise en charge réelle par l’Etat de la formation agricole, actuellement, à travers (i) la consécration de l’une des 4 directions générales du MAAPRAT (Ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation, de la Pêche, de la Ruralité et de l’Aménagement du Territoire) à l’Enseignement et à la Recherche (DGER), (ii) la couverture par l’Etat et la Région des budgets de formation des établissements, (iii) le traitement au même titre que les établissements publics des centres privés en matière de mise à disposition d’enseignants et de dotation en subvention pour fonctionnement, et (iv) la décentralisation des moyens (fonctionnement et patrimoine immobilier) au niveau des régions.

- Valorisation de la formation agricole par l’exigence de capacité professionnelle à justifier par un diplôme pour être exploitant, et intérêt croissant des jeunes aux filières de formations agricoles.

- Caractère national réservé aux référentiels de formation et de certification (Diplômes), et délégation d’Autorité académique conservée dans les structures déconcentrées de l’Etat (Rectorat et SRFD) malgré l’avancée de la décentralisation.

- Rôle prépondérant du corps d’inspecteurs étendu à l’élaboration de référentiels de certification et de formation.

- Evolution progressives des centres, notamment les privés, d’une vocation purement de production agricole vers des vocations plus diversifiées, notamment les services.

- Système très rodé de collecte (au niveau des entreprises) et de versement aux établissements de formation des taxes d’apprentissage, servant de ressources complémentaires pour ces derniers.

- Gestion des établissements, publics et privés, par un conseil d’administration.

- Pédagogique de la formation agricole passée du concept classique de matière à celui de module.

- Recrutement à l’issu de la classe de 5ème, notamment de jeunes n’ayant pas réussi brillamment son parcours de l’enseignement général et appelés à reprendre goût de l’école dans l’enseignement professionnel, et préparation aux diplômes d’Etat allant du CAPA, BEPA (actuellement en voie de suppression), Bac Pro (Diplôme désormais exigé pour le métier d’exploitant agricole), et allant jusqu’au BTS et Licence Professionnelle pour certains lycées.

- Besoin d’adaptation au contexte malgache des modèles découverts à La Réunion où le contexte de l’agriculture est fondamentalement différent.

2. Jusqu’à ce jour, la délégation a fait l’itinéraire suivant :

3. Lundi 16 Mai : Accueil de la DAAF, au CFPPA (Centre de Formation Professionnelle et de Promotion Agricole) de Piton Saint-Leu.

- Présentation générale de l’organisation du MAAPRAT et de sa direction régionale, la DAAF, qui a à son sein le SRFD en charge de la formation professionnelle agricole au niveau des régions et possède la délégation d’autorité académique.

- Reforme nationale et opérationnalisation à La Réunion.

- Structure des EPL.EFPA (Etablissement Public Local d’Enseignement et de Formation Professionnelle Agricole), entité juridique composée de 4 centres :

o un lycée, qui recrute des jeunes pour une formation scolaire,

o un CFAA (Centre de Formation d’Apprentis Agricoles), qui recrute également des jeunes mais en formation en alternance par apprentissage en entreprise avec un contrat de travail,

o une CFPPA (Centre de Formation Professionnelle et de Promotion Agricole), qui cible des adultes déjà en activité.

o Et une exploitation et/ou des ateliers technologiques, servant de support pédagogique d’application mais devant couvrir ses charges par la vente de ses produits.

4. Mardi 17 Mai

Visite au lycée Cluny Sainte-Suzanne, dans la matinée

- Deux lycées, agricole (sous contrat avec le MAAPRAT) et professionnel (Education nationale), dans un établissement confessionnel catholique, sous tutelle des sœurs de Saint Joseph de Cluny, qui doit avoir son équilibre avec un effectif de 600 élèves.

- Géré par un OGC (Organisme de Gestion d’un Etablissement Catholique) avec un CA restreint qui se réunit 2 fois par an et délègue la gestion quotidienne à une direction.

- Offre de formations de service en milieu rural, après abandon depuis 12 ans des filières de production animale et végétale proprement dite.

- Le MAAPRAT affecte à l’établissement 85% des enseignants, contractuels directs de l’Etat, et verse également une subvention couvrant les charges salariales des 15% des enseignants engagés par l’OGEC. Pour le lycée professionnel, 100% des enseignants sont sous contrat public de l’Education Nationale. L’Etat verse également une subvention de fonctionnement à raison de 1.700 Euro/élève/an. La Région Réunion subventionne l’équipement.

- Les apprenants, à 80% boursiers, paient un frais de scolarité de 800 à 1.000 Euro/élève/an. Ceux à faible moyens sont dotés de tickets déjeuners financés sur fonds de solidarité du Ministère (10.000 Euro/an).

- Diplômes/certificats préparés : Brevet du collège à l’issu des classes de découverte professionnelle fin collège pour les sortants de 3ème, CAPA, ou bien le BAC Pro, et un BTS Commerce International pour le lycée professionnel.

A la DAAF Saint-Denis avec la DRIF (Délégation Régionale de l’Ingénierie de la Formation) du SRFD, dans l’après-midi

- Développement de référentiels d’un diplôme, composé des référentiels

o professionnel, par la DRIF

o de certification, par les inspecteurs

o et de formation, par les inspecteurs également.

- Processus de certification & habilitation :

o Les types de certification professionnelle sont les diplômes délivrés par l’Etat à travers les ministères certificateurs (MEN, MAAPRAT, …), les titres délivrés par les autres ministères et organismes consulaires, et les certificats créés et délivrés par des branches professionnelles.

o L’habilitation est une démarche administrative obligatoire d’engagement auprès de l’autorité académique, et délivrée à un centre pour la formation et le diplôme en vue d’une reconnaissance nationale.

- Exposé sur le système de formation par UC (Unités Capitalisables), en contraste avec la formation modulaire : Mis en place vers 1980, Réservé aux formations continues et par apprentissage mais non applicable à la formation initiale, Caractérisé par sa souplesse et flexibilité, l’indépendance de chaque UC, l’inexistence d’épreuve finale, et une durée de 5 ans pour décrocher le diplôme.

5. Mercredi 18 Mai : A la MFR du Tampon (170 élèves apprentis) qui est la plus ancienne (47 ans) des 4 MFR de La Réunion qui sont celles de l’Est, de l’Ouest et de Saint Pierre, avec François Antier, Directeur de la fédération des MFR.

- Les MFR sont des centres à taille humaine sinon familiale, avec une pédagogie de l’alternance et des apprenants exclusivement en internat durant les semaines de classe, et gérées par un Conseil d’administration à membres bénévoles renouvelés au tiers chaque année dont les présidents sont membres de droit de la fédération départementale/régionale des MFR.

- Une MFR ne s’implante pas mais se crée sur initiatives des familles.

- Valeurs et courants de pensées : Démocratie sociale d’inspiration chrétienne, Responsabilité collective, Solidarité et entraide, … Les MFR se sont par la suite démarquées de l’Eglise sans devenir publiques.

- Naissance du mouvement : Expérience avec 4 jeunes suivis par la paroisse, Extension et achat d’une maison par les familles, Création de l’Union nationale, Adoption des statuts (Chaque MFR dépend d’une association de famille), Mise au point de la pédagogie par alternance,

- Diplômes préparés : du CAP jusqu’au Bac Pro.

- En 2005, les MFR et UNREP capte 62% des apprenants de la formation agricole contre 38% par les lycées publics et le CNEAP (Conseil National de l’Enseignement Agricole Privé).

- Evolution des MFR, de part leur ancrage communautaire leur offrant une capacité d’animation territoriale, vers une vocation plus diversifiée tendant vers les services pour Tampon et l’horticulture et les travaux paysagers pour Saint-Pierre.

- Budget d’une MFR : 54% de subvention de l’Etat (DGER et éventuellement Région), 31% de participation des familles sous forme de pension d’internat, tout en sachant qu’elles bénéficient généralement d’aides ou de bourses, 9% d’autres produits (location des locaux pendant les vacances, …) et 6% de taxes d’apprentissage payés par les entreprises.

- Recevant une subvention de l’Etat, les MFR couvrent toutes leurs charges y compris le salaire des formateurs.

6. Jeudi 19 Mai

Visite à l’EPL.EFPA de Saint-Joseph, dans la Matinée

- C’est un établissement du MAAPRAT composé du lycée, d’un CFAA, d’un CFPPA et des champs d’exploitation, et forme du niveau CAP à la Licence professionnelle dans les secteurs de la production animale, production végétale, horticulture, agro-alimentaire, agroéquipement et travaux paysagers.

- Les centres qui composent l’établissement ont une autonomie limitée par les dispositifs nationaux, les moyens et l’exigence du monde professionnel.

- 4 axes de l’établissement : Réussite de la formation, Parcours de formation, Intégration sociale et Développement durable.

- Coopération internationale avec l’Afrique du Sud, Comores, Seychelles et Madagascar (échanges et appui aux EASTA, notamment l’initiation de l’écriture de référentielle de formation, et au CAF d’Antsirabe).

- Le CA est formé de 3 collèges ayant chacun 10 représentants : politiques & professionnelles (2 du conseil régional, 1 du conseil général, 1 maire, 1 chambre de l’agriculture, 1 du service régional du travail, …), des usagers (DAAF, élèves et stagiaires, 2 parents d’élèves, 1 anciens élèves, …) et du personnel (6 du corps enseignants et 4 du personnel d’appui).

- Budget annuel de l’établissement : 3.700.000 Euros de fonctionnement et 584.000 d’investissement :

o Couvert à 100% par la Région, sur la base d’une dotation globale de fonctionnement à hauteur de 570 Euro/élève/an prélevée sur une dotation globale de décentralisation mise à disposition par l’Etat, pour le lycée, à part le salaire du personnel fonctionnaire du MAAPRAT ;

o Sur ressource également de la Région complétée par d’autres sources telles VIVEA (sur cotisation prélevée sur les exploitations agricoles) et taxes d’apprentissage, pour le CFPPA et CFAA.

L’agriculture réunionnaise, avec Patrick Hoareau, DG/FRCA

- Agriculture structurée en amont par filière et en aval par l’agroalimentaire.

- Toutes les structurations professionnelles se font par coopérative, avec 61 coopératives sur l’Ile adhérant à la FRCA, qui ont fait 660.000.000 d’euro de chiffre d’affaire en 2010. Chaque membre a le même poids politique au niveau de la coopérative, et a obligation de vendre la totalité de ses produits à la coopérative. Un statut type est adopté par toutes les coopératives membres de la FRCA.

- La FRCA avec 13 salariés a un mandat (i) politique de leurs membres pour les représenter au niveau national et européen, (ii) de services mutualisés et à cout compétitif aux membres (appui à la mise aux normes, promotion de panneaux photovoltaïques sur les bâtiments d’élevage, services informatiques, et commissariat au compte obligatoire des entreprises membres), (iii) de promotion des produits (publicité, création d’évènements agricoles, animations magasins, labelisation « produits pays » et promotion, (iv) conseils (juridique, …) aux entreprises.

- Le FRCA a un budget de 1.500.000 Euro, avec 120.000 de subvention de la Région, 150.000 de cotisation des membres, et le reste par vente de services aux membres. La fédération collecte par ailleurs environ 150.000 euro/an de part sur les résultats financiers des coopératives membres, qu’elle utilise comme fonds de développement.

- La FRCA est bien attentif à la formation professionnelle agricole, dont les centres constituent de pépinières de futurs membres des coopératives.

- Fruits et légumes : 20.000t de production locale et 20.000t d’importation. L’oignon est importé (9.000t) de l’Inde, Nouvelles Zélande et un peu de Madagascar (1.000 à 2.000t), d’ail, et de carotte de l’Australie.

PPP (Plan de Professionnalisation Personnalisé), par la Chambre de l’Agriculture

C’est une présentation sur l’installation des jeunes formés et les possibilités de subvention de l’Etat.

- L’installation comme exploitant agricole nécessite une autorisation dont les conditions sont les suivantes :

o Sans aide : Terrain à disposition, projet économiquement viable, capacité professionnelle de 5 ans d’expérience en exploitation ou d’un diplôme de niveau 5 BEPA (ou CAPA + 3 ans d’expérience), formulation d’une demande d’autorisation préalable d’installation, et une autorisation de l’Etat par arrêté préfectoral.

o Avec demande d’aide à l’installation : L’expérience de 5 ans n’est pas valable ; un diplôme de niveau 5 est exigé aux candidats nés avant 1976, relevé au niveau 4 complété par un PPP pour ceux plus jeunes. Ils doivent s’engager à s’installer au moins pour 5 ans et de tenir également une comptabilité pendant cette période où ils seront sous contrôle d’une entité de leur choix. Seulement 10% des installations demande de l’aide à la Réunion.

- Une fois installés, ils doivent faire une déclaration d’existence.

- Consistance de l’aide à l’installation : Dotation en capital de 16.000 à 35.000 euro de DJA (Dotation aux Jeunes Agriculteurs) pour la trésorerie de démarrage, et accord à des prêts à taux bonifié à 1% par an d’intérêt pour les investissements.

- Le taux d’échec faible des jeunes nouvellement installés. Cette performance est imputable aux conditions exigées d’installation mais également à l’accompagnement.

- Le PPP est une feuille de route de préconisations d’accompagnement personnalisée de nouvelles installations. Ca peut être des stages d’application en exploitation ou en entreprise, actions de formation continue, tutorat, …, avec un stage collectif obligatoire de 21 heures. Le candidat doit par la suite cocher sur papier un pré-diagnostic de son projet. Une demande de certification de l’accomplissement du PPP doit être soumise à la DAAF avant que le prétendant puisse formuler sa demande d’aide à l’installation.

7. La visite se poursuivra à l’EPL de Saint-Paul le vendredi 20 Mai, où l’on traitera les thèmes de la formation supérieure agricole et de la structure du CRIPTIR, et abordera le partenariat régional / technique à développer avec La Réunion, ses établissements et pôles de compétence, dans le cadre de la préparation au démarrage et de la mise en œuvre du FORMAPROD.

Résumé par : RAKOTONDRATSIMA Andrianiainasoa

Coordonnateur du projet AD2M



[1] 1,9 millions de tonnes/an, 85 millions d’euro d’exportation de sucre par an.